Apprentissage socio-émotionnel

J’ai été sélectionnée pour participer à une enquête collaborative sur l’apprentissage socio-émotionnel offert par mon conseil scolaire (YRDSB).

Lors de la première session, c’était très informatif sur le bien-être et la santé mentale. J’ai bien aimé voir comment le cerveau réagit au stress. Ils nous ont aussi présenté des techniques/stratégies rapides pour diminuer l’anxiété et le stress (que n’importe qui peut utiliser et tester dans sa classe).

mental-health-continuum-model-fre

Source: Mental Health Commission Canada

Ils ont présenté ce continuum durant la présentation. J’aime bien voir les différents stades et les symptômes. Toutefois, dans ce tableau-ci, ils offrent des idées pour revenir vers l’état de “en santé”. Je trouve cela important de reconnaître les symptômes, pas nécessairement pour ses élèves, mais aussi pour soi. La vie de prof peut devenir rapidement chaotique. Il est important de réaliser lorsque nous nous déplaçons sur ce continuum qu’il faut arrêter et prendre une pause.

Selon moi, la meilleure façon de revenir au stade “en santé”: la méditation et les techniques de respiration. Puis, c’est prouvé scientifiquement que cela fait une grande différence! En plus, c’est un excellent exercice pour le cerveau! Comme n’importe quel exercice, plus tu pratiques, plus tu deviens meilleur. Je trouve que lorsque tu le fais sur une base régulière, cela fait une vraie différence pour se maintenir dans la zone de “en santé”.

Il y a tellement une variété de techniques de disponible sur la respiration et la méditation. Je veux vraiment vous partager ceux que j’ai reçu, car je les trouve simple et bien expliqué pour les élèves (peu importe l’âge). Il y a la méthode du 4-7-8 fait par le site web GoZen. Je trouve leur vidéo parfait pour mes 8e! Voici d’ailleurs le vidéo.

Puis, un autre que j’ai beaucoup aimé est fait par le site web Happify. J’aime beaucoup l’aspect scientifique qu’ils apportent à la réduction du stress et de l’anxiété. Parfait pour les pessimistes.

Après cette première session, j’ai été inspirée pour créer un sketchnote. Il est toujours en construction. Pas du tout fini. Il me reste à mettre un peu de couleurs. Sans aucune prétention. J’ai traduit, mais j’aurais dû faire un peu plus de recherche, car j’ai trouvé une version française (qui est meilleure que la mienne!). Je me suis inspirée du document provenant du CASEL pour le SEL.

fullsizerender

Et c’est envoyé!

J’ai finalement complété mon application pour le programme “Apple Distinguished Educator“.

fullsizerender

Je suis présentement dans un mélange d’émotions. Je suis fébrile ET nerveuse. Fébrile, car l’académie se passera tout près de chez moi (ce qui enlève un grand stress pour le voyage et l’hébergement). Puis, cela sera toute une expérience unique, enrichissante et qui sera un plus pour mon développement professionnel. Nerveuse, car je déteste me vendre et compléter ce genre de questionnaire/application. Je sais que je ne suis pas parfaite. J’ai mes défauts, mais j’ai aussi des forces. Toutefois, j’ai souvent de la difficulté à les faire valoir.

Au cours des 5 à 10 dernières années, j’ai acquis une excellente connaissance de la technologie Apple ainsi que Google (particulièrement ce qui est autour de Google Drive et les applications Google en éducation; incluant même le Chromebook). Toutefois, il y a tellement de nouveautés que c’est parfois difficile de rester continuellement à jour. Alors, j’ai souvent l’impression qu’il y a tellement plus de gens meilleurs que moi! En réalité, c’est juste que nous avons des forces différentes!

Alors, d’ici là, je croise les doigts et les orteils que je sois sélectionnée. Sinon, ça sera à la prochaine fois!

img_2265

En ce jour de neige!

Où devrais-je dire en ce jour de verglas?!? Alors, ici, les écoles ne ferment jamais. Les autobus sont annulés. Malgré une tempête, nous pouvons avoir peu ou plusieurs élèves (tout dépend si la majorité des élèves viennent à l’école en autobus ou non). Aujourd’hui, il y a eu moins de 10 élèves de 8e années. Je leur ai donc préparé une petite activité de sketchnote!

img_2228

J’ai d’abord fait pratiqué mes élèves. Ils ont divisé une feuille en 9 cases. Je leur ai demandé de me faire le dessin de chaque élément que je mentionnais dans la case. Je me suis aussi mise de la partie avec eux. J’admets que je voulais faire un orignal pour le Canada, mais après discussion avec mes élèves, nous trouvions qu’il ressemblait plus à un renne ou un chevreuil!

img_2229

fullsizeoutput_493

Ils se sont vraiment donnés et ils ont mis beaucoup d’effort! Certains n’aimaient pas leur résultat final, mais je leur répétais que c’était “leur” sketchnote et que cela est personnel. Puis, à la fin, j’étais très capable d’identifier ce qu’ils voulaient dire. Puis, après la pratique, ils ont utilisé leur note de cours d’histoire pour créer un sketchnote. Je leur ai offert de travailler en équipe pour le compléter. Ils devaient donc représenter visuellement les colonies de l’A.N.B. (Amérique du Nord britannique) au milieu du XIXe siècle. Le résultat est très intéressant! Ils ont très bien collaboré et le meilleur est qu’ils ont fait un effort de parler en français!

fullsizeoutput_496IMG_2232.JPG

Et voilà! Deux équipes, deux résultats complètement différents! Puis, nous avons eu une excellente discussion sur les stéréotypes. Si vous regardez attentivement, vous serez capable de les identifier. Après notre discussion, ils sont arrivés à la conclusion qu’ils doivent prendre leur temps de réfléchir et de mieux planifier le sketchnote. Puis, ils ont aussi ajouté que ça serait une bonne idée de chercher des éléments qui représenteraient mieux ce que nous voulons illustrer (ex.: pour la population française, utiliser le drapeau très connu de la France à la place de la baguette, du béret et de la moustache).

C’était une excellente discussion éthique et constructive en cette journée de neige!

Le sketchnote, pour sortir de sa zone de confort

J’ai découvert le sketchnote en 2014, lorsque je suis allée au iOS and GAFE Summit, à Orange County, en Californie. J’ai assisté à la présentation de Jo-Ann Fox (@AppEducationFox) sur le “Sketchnoting in the STEAM classroom“. J’ai beaucoup aimé l’idée et j’ai exploré un peu l’idée. Toutefois, j’ai mis le tout de côté, car nous (les profs) devenons rapidement surcharger avec notre travail quotidien.

Malgré tout, à travers le temps, j’ai croisé des sketchnotes de Sylvia Duckworth (@sylviaduckworth) sur Twitter qui ont d’ailleurs fait fureur. Puis, en novembre, j’ai assisté à l’atelier de Marie-Andrée Ouimet (@maotechno) sur le sketchnote. J’ai tout simplement adoré et j’ai trouvé qu’elle était motivante pour le faire dans la classe. Elle a d’ailleurs mentionné Sylvia durant son atelier et elle a aussi parlé de son projet pour Google Innovator à ce sujet. Cela l’a amené à developper un site web sur ce sujet.

img_2222

D’ailleurs, j’ai récemment commandé le livre de Sylvia Duckworth sur le sketchnote. Alors, j’ai donc comme objectif, pour mon prochain unité en français, d’intégrer une activité de sketchnote. J’essaie de commencer petit, mais surtout, j’essaie de me trouver de l’inspiration. J’aime avoir un minimum de connaissances avant de plonger la tête la première avec mes élèves.

Mon unité est sur la poésie et je profite de cet unité pour présenter une variété d’artistes français à ma classe. Le programme d’immersion française en Ontario a une section sur l’aspect socio-linguistique. En 8e année, les élèves apprennent sur les communautés francophones en France. Alors, j’aimerais utiliser le sketchnote pour illustrer la compréhension et l’interprétation du message de la chanson. Je crois aussi que cela serait intéressant, lorsque les élèves croisent des expressions typiquement françaises, de créer un sketchnote pour illustrer la signification de cette expression, selon eux.

Résultat à suivre!

C’est partie!

Depuis quelques années, j’ai eu la chance de participer à de nombreuses conférences ainsi qu’à des sommets professionnels sur le monde de l’enseignement et la technologie. Il y a un élément qui est revenu souvent durant ces rencontres: l’importance de “bloguer” pour les enseignants.

En fait, l’idée me trotte depuis 2014, lorsque j’ai rencontré George Couros. Il avait une présentation très motivante, mais son atelier sur les portfolios est revenu sur l’importance de “bloguer”. Toutefois, je me dis continuellement “qu’est-ce que j’ai à dire?”. Je n’ai pas l’impression d’avoir grand chose à dire.

Puis, en janvier 2017, j’ai lu un excellent billet, toujours par George Couros, qui s’intitule “Why you aren’t blogging more…“. Dans son billet, George dit que même si nous avons l’impression de n’avoir rien à dire, nous avons tous une histoire à partager (traduction personnelle). Alors, c’est décidé, je me lance dans l’aventure du “blogging”.

En plus, j’aimerais partager mon expérience dans le milieu de l’immersion française. J’ai aussi le projet d’amener la prise de note visuelle (visual sketchnoting) et la programmation (coding) dans ma classe.

À suivre…